3 étapes pour réussir la promenade avec son chien.

promener son chien

« Drôle d’article que celui-là ! Ce n’est quand même pas bien sorcier de promener son chien. »

C’est vrai. Eeeettttt… Pourtant. Finalement. En réalité. Voici donc des clés pour une meilleure, une bien meilleure promenade, des plus réussie.

Ha Ha ! Maintenant vous les voulez ces 3 clés hein ! Ok C’est parti !

1 : Le Bon Matériel.

Oui, alors cela semble facile écrit comme ça mais la non plus ce n’est pas si simple que ça (et je fais des rimes en plus, une pro des figures de styles dites donc !). On aurait tendance à simplement utiliser un collier & une laisse et « Hop en avant pour la promenade ! ».

Chien avec harnais
Harnais plutôt que collier

En réalité, le matériel a sacrément son importance ! Au risque que la promenade soit déjà pourrie alors qu’elle n’a même pas commencé !

Déjà la Base : notre chien doit se sentir bien, en sécurité, en confiance avec son humain. S’il a mal, se sent opressé, en insécurité etc, il y a une forte probabilité qu’il l’associe à celui qui tient la laisse…

Il est également important que le promeneur se sente tout aussi bien.

Le Collier. Et bien en fait Non ! Pas de collier, s’il est utilisé pour la laisse et le maintien* ! L’idée ce n’est pas de faire une promenade sous étranglement. Car s’il tire, le fait de mettre le collier ne l’empêchera pas de tirer (si ça marchait, on tirerait une fois dessus et puis plus jamais). Le collier le fera juste souffrir et abimera la confiance avec celui-ci qui tire.

De plus, le collier peut provoquer des blessures au niveau du cou, être à l’originie de difficultés respiratoires, déclencher des toux, des vomissements et devenir une vraie souffrance avec cette pression perpétuelle sur le cou. Pas de mystère. Vous doutez ? Essayez.

Donc : on vote pour le harnais. A fond ! Les modèles dits « en H » sont bien. Ils permettent de dégager épaules et thorax.

La Laisse. Quoi la laisse ? Justement, pas trop courte, au moins trois mètres, c’est bien. C’est tout bête comme recommandation mais on n’y pense pas forcément. L’idée est de permettre à notre chien de ne pas se sentir « opressé », « coincé », « gêné dans ses mouvements ». Une grande laisse lui offre toute latitude de se mouvoir un peu à sa guise, de choisir un peu ses zones d’explorations, de déplacements, de mouvements. Il sera toujours temps de raccourcir la laisse si besoin.

Pour la promenade de nuit, il existe des systèmes lumineux pour le chien. Ainsi, il est vu de loin, pour plus de sécurité. J’invite toujours à jouer la prudence et anticiper pour mieux gérer.

2 : La Bonne Préparation.

L’ANTICIPATION c’est tout l’art d’une bonne préparation. J’aime ce terme. Je crois qu’il fait partie des mots que j’utilise le plus en consultation.

Plus on se prépare, plus on anticipe, et plus tout se passera bien OU mieux.

Parce qu’en effet, on ne peut pas tout prévoir. Du petit événement comme la tempête de pluie de folie qui nous surprend en plein milieu de la promenade, à une situation dramatique comme la conduite agressive d’une extrême violence d’un chien qu’on n’avait pas vu venir, en passant par des « oups, je me suis perdu(e) » à « mon chien vient d’avoir très peur » etc.

Comme, on ne peut pas prévoir ce que l’avenir nous réserve, plus on anticipe tout, plus on aura facile à gérer ce vilain imprévu qui abime une balade. Notre stress sera moindre, notre temps de réaction aussi, etc.

Comment :

patte de chien
Anticiper pour mieux gérer

1. C’est tout bête mais en commençant par vérifier le matériel de notre chien : harnais, laisse, collier avec le médaillon, de l’eau si la balade est longue ET de quoi la lui donner…

2. Vérifier notre propre matériel :

De bonnes chaussures (trop bête de casser son talon aiguille alors que Canelle se met à courser un écureuil ou un cycliste, de glisser à cause de cette belle semelle alors que Croquette bondit devant une odeur alléchante, ou qu’on se laisse distraire par une vilaine tache sur notre beau cuir alors qu’un chien détaché fonce sur Crapotte…)

– Si c’est une longue balade, peut-être de l’eau pour nous aussi, y a pas de raison,

Notre téléphone : on ne sait jamais, s’il se passe quoique ce soit ! Même si c’est la promenade juste « vidange » du matin : on peut être en ville, ça ne change rien. Même en forêt, déconnecté oui mais avec le téléphone pas loin quand même.

3. Le « au cas où » :

Les friandises/gourmandises préférées de notre chien : pour positiver un instant, en encourager un autre, le distraire…,

Le jouet du chien (surtout si longue balade) : dans cette idée de peut-être le détourner d’une situation, si une séance de jeu se prête à la situation…

Des mouchoirs : cela semble banal mais je vous assure, on ne sait jamais et on en utilise beaucoup plus souvent qu’on ne le pense. D’ailleurs, n’en avez-vous jamais eu besoin ?

3 : La Bonne Promenade.

1. La première chose est de se préparer à la promenade tranquillement. Nous avons facilement tendance à ensencer le moment, comme pour le rendre plus extraordinaire encore. Cela crée souvent l’effet inverse. Notre chien est déjà dans tout ses états alors qu’il n’a même pas encore sa laisse et son harnais. Et la promenade en soi sera dans une excitation qui l’empêchera de réellement l’apprécier à sa juste valeur, voire même de réussir à se vidanger. Ce n’est pas parce que le chien est calme que la balade n’est pas géniale.

Donc :

On reste calme, tranquille, bien installé. On appelle alors notre chien tout aussi calmement et, en gardant cette paisibilité, on le prépare  à sa promenade. N’ayant peut-être pas l’habitude de cette sérénité, il sera sans doute, au début, toujours aussi énervé. Ce n’est pas grave, il suffit juste de, nous, rester calme et paisible. A force, notre chien « se calera » sur notre comportement.

On continue sur notre lancée : la laisse mise, la balade commence, on garde notre tranquillité tout en appréciant le moment.

2. Lorsque l’on promène son chien, donc que la sortie est VRAIMENT pour promener son chien alors on s’adapte à lui. Ce n’est pas NOTRE promenade mais LA SIENNE.

Donc :

chien avec laisse et harnais
Laisse longue = bien-être

On laisse notre chien explorer : nous c’est la vue, lui c’est l’odorat. Il voit avec le nez. Le laisser se promener, c’est donc le laisser explorer par flairage. Notre chien sent très bien ce qu’on ne voit pas. Et s’il sent très longtemps de l’urine ou des fécès, c’est tout simplement que, pour lui, c’est un grand moyen de communication. Il « flaire ce message » comme nous prendrions du temps pour « déchiffrer un post it sur notre bureau ».

On ne tire pas tout le temps sur la laisse : s’il préfère ne pas aller loin mais prendre son temps, pourquoi pas, après tout cette sortie est pour lui.

On sélectionne les lieux de promenades : pas la peine de l’emmener dans des endroits où il ne se sent pas bien ni en sécurité. Evitez de l’emmener dans des zones pauvres en stimulations mais ne pas le surcharger non plus. L’idée est qu’il puisse découvrir et vivre des choses le temps de sa promenade, sans tension.

En pleine ville, le midi, faire The balade est compliquée mais essayez de privilégier alors la zone qui lui plait le plus.

Ne pas le houspiller pour qu’il se presse : je sais qu’on est parfois très pressé au niveau timing et qu’on souhaite que notre chien se dépêche à éliminer. Le problème est que de le titiller comme ça risque d’augmenter sa tension. Si c’est le cas, ca va le bloquer et alors c’est fini. Il vaut mieux lui laisser un peu de mou au niveau de la laisse, essayer d’être calme et détendu, et de ne pas l’observer au microscope… Rien que cela peut être très efficace.

Notre chien tire trop : les à coups sur la laisse ne servent à rien, juste augmenter la tension. Tout comme le fait de se facher. Encore une fois, si c’était vraiment efficace, on le ferait une fois puis plus jamais… Ce n’est jamais plus jamais. Alors ça ne fonctionne pas. De se préparer calmement et d’être soi-même très calme va impacter sur le tirage de notre chien.

Pour l’aider à éteindre ce comportement gênant pour vous deux : on peut s’arrêter de marcher s’il tire, comme si de rien n’était. Puis, sitôt qu’il ne tire plus, reprendre la promenade. Il est également tout à fait possible de le féliciter avec une voix enjouée lorsqu’il ne tire plus, voire de lui donner une friandise de temps en temps dans ces moments là.

– Enfin, un retour aussi calme et serein que le départ.

La Promenade Libre : Le must du must pour son chien (ma préférée).

L’idée est très simple : on laisse le chien mener la danse. On lui offre la grande liberté, le luxe et le plaisir, de choisir lui-même son chemin.

chien blanc qui court
Promenade liberté : le must pour un chien

Son chemin mais aussi l’absence de chemin : s’il préfère rester sur une zone qui lui plait, de revenir en arrière si son cœur, ou plutôt sa truffe, lui en dit… Alors ok, c’est lui qui décide, on l’écoute et on le suit.

Bref, on lui propose SA promenade. On est à son écoute totale.

C’est une balade qui demande du temps, et de la patience. La lui proposer tous les jours n’est pas forcément évident. Une fois par semaine ou tous les quinze jours c’est déjà super.

C’est une façon de se promener avec son chien absolument géniale que je recommande souvent.

Pour tout savoir en détail sur comment la pratiquer : La Promenade Libre avec mon Chien.

 

Vous voulez en savoir plus : la promenade

Bonne Promenade !

 

 

* Mettre un collier peut être une bonne idée en dehors d’attache à la laisse : il permet d’y accrocher un médaillon avec son identité et ses coordonnées.

Partager cet article sur les réseaux sociaux