Dégriffage et protèges griffes,
ou quand le bien-être animal
rentre en jeu


« Ciel ! Mon canapé en cuir ! Oh non, mon papier peint ! Ma nouvelle chemise ! Aïe, mon pied ! »

La plupart de ceux qui cohabitent, ou qui ont cohabité avec un chat, ont déjà eu l'occasion de subir le terrible effet « griffes de chats ou la douleur d'une lame de rasoir ».
Pour lutter, trucs et astuces, produits miracles et solutions révolutionnaires envahissent les boîtes aux lettres. Parmi ces idées sont souvent évoquées les « protèges griffes » et le dégriffage.
Qu'en est-il vraiment ? Sont-elles vraiment LES solutions incontournables ? Lorsqu'on aime son chat, est-ce vraiment le respecter que d'adopter ces concepts ?



Les griffes d'un chat sont souvent
sources de tensions et d'angoisses.


Bien sûr, lorsque c'est pour attraper la souris qui a réussi à se glisser sous le canapé, pour jouer avec la canne à pêche, ou lorsqu'il s'étire en donnant quelques coups de griffes sur son griffoire, il n'y a absolument aucun problème… C'est même parfait.

Mais lorsque cette adorable petite boule de poils, ce magnifique félin, décide de mettre à contribution ses véritables lames aiguisées comme outil de destruction massive de canapé, de déchiquetage de vêtements ou d'armes de guerre sur mains et mollets… L'enfer commence !
C'est souvent à partir de CE moment là qu'il est facile de franchir cette ligne qu'est le respect de l'animal... Souvent par maladresse ou méconnaissance. Parmi les solutions clés en main en tout genre apparaissent la pose de protèges griffes et le dégriffage de son animal.
Dégriffage chat

Des « solutions » bien trop courantes et banalisées. Pour la première, il faut prendre le temps de bien choisir car tous les produits ne se valent pas. Quant à la seconde… Dégriffer un chat est tout simplement interdit en France depuis 2004.

En quoi consiste le dégriffage d'un chat ?


Dégriffer un chat est l'ablation chirurgicale de ses griffes… Comme on arracherait, mais chirurgicalement bien sûr (les hommes ne sont pas des sauvages) les ongles des humains.

Cette pratique est interdite. Elle est fondée sur l'article dix de la Convention européenne pour la protection des animaux de compagnie du 13 novembre 1987, signée par la France en 1996 et ratifiée en 2004.
Interdiction qui relève d'une certaine logique… Il suffit d'imaginer un quotidien sans ongle. Un quotidien qui, dans le monde du chat - il est utile de le rappeler – est l'un des seuls moyens qu'il a en sa possession pour se défendre, se rattraper ou pour simplement se gratter etc.
Après tout, notre société ne coupe pas la langue de celui qui parle trop fort…

Qu'en est-il des protèges griffes ?


Ils seraient faciles à poser. Ils ne font souffrir ni le chat ni le chien. Il y a le choix de la couleur. C'est très design, souvent recommandé et on en voit même à la télé !
Il est expliqué que l'animal peut rétracter ses griffes sans aucune difficulté.

Le premier élément important est que ce procédé est très fortement déconseillé lorsque le chat a accès à l'extérieur. Cela le placerait dans l'incapacité de se défendre en présence d'un danger comme cela l'incommoderait fortement dans ses déplacements pouvant alors entraîner chutes et blessures.
Une question peut également être posée. Comment peut-on être vraiment sûr que le chat ne vit pas avec une gêne constante, un inconfort contre lequel il ne peut rien faire ?
Quant à la pose elle-même de ces fausses griffes. Bien que l'action soit présentée comme simple et rapide, le chat doit être maintenu (de force ?) le temps d'appliquer le produit à chacune de ses griffes. Il suffit que le chat tente de se sortir de ce moment d'inconfort, de tensions et de manipulations pour que la séance devienne interminable. Cela peut alors devenir très douloureux pour le félin, voire traumatisant… Ne risque-t-il pas, après un tel événement, de tenter de griffer ou mordre l'humain qui s'approcherait trop de lui ?

Dans la crainte d'un échec, il est tout à fait possible de s'adresser à un vétérinaire ou autre professionnel, pour poser ces protèges griffes. Mais là aussi, de par le contexte, le fait de transporter l'animal, de l'amener à être manipulé par des étrangers pour un tel acte sera probablement déclencheur de tensions… Avant même la pose – qui pourra rester un moment délicat - de ce produit.

Il est important de rappeler et souligner que pour un chat, faire ses griffes n'est pas un passe-temps ou une manière de faire vivre un enfer à son humain.
C'est un besoin physiologique, un grand moyen de communication et un très excellent évacuateur de tensions.

C'est peut-être également le moment d'appuyer sur un fait qui a son importance : un chat n'a pas la notion de vengeance. Il n'a pas de volonté « à vous faire vivre un véritable enfer ».
Si cette après-midi là, votre animal a décidé de mettre en pièce vos nouveaux rideaux faits sur mesure dans une boutique de luxe à Paris, ce n'est pas dans une volonté de représailles.

A fortiori, son action est le résultat d'une grande tension qu'il a dû subir et évacuer comme vous auriez déchiré et mis en pièce une feuille de papier après une contrariété des plus contrariantes !

Plutôt que d'interférer sur le physique de son chat ou de son chien, il serait donc intéressant de s'interroger sur les raisons de ce comportement.
Pourquoi autant griffer le canapé, pourquoi s'attaque-t-il toujours aux vêtements de monsieur, pourquoi ne peut-il s'empêcher de faire la guerre aux mollets et aux mains qui croisent son chemin ?
Chez les humains un trop grand stress, s'étalant dans la durée, peut déclencher ou aggraver certaines maladies. Le patient est soigné avec des médicaments. Mais si les raisons de son stress ne sont pas identifiées et s'il n'y a pas de travail pour diminuer celui-ci, la maladie reviendra… Ou une autre la remplacera. Elle sera l'un des symptômes de cette source de tension.
Il est donc essentiel de traiter la maladie mais aussi de s'attacher à diminuer sinon supprimer les tensions qui contribuent à l'aggraver.
Pourquoi en serait-il autrement avec les animaux ?


Mais alors que faire devant de tels assauts de coups de griffes en pagaille ?


Dans un premier temps, couper les griffes de son chat comme on se coupe les ongles est effectivement possible. Surtout pour un chat vivant en appartement.

Ensuite et surtout, c'est sans doute le bon moment d'identifier les raisons de tant de « griffades ».

Après tout, il est peut-être intéressant de considérer des griffades intempestives et progressivement gênantes comme le symptôme d'un « problème » plus profond… Et un problème n'a jamais été résolu en « camouflant » le symptôme…

Delphine Oulès